Finlande

Les premiers juifs qui s’installent en Finlande, devenue russe, sont des soldats du tsar, les « cantonistes ». Devenu indépendant en 1917, le pays a aussitôt accordé les droits civils aux juifs. Lorsque la Finlande devient, en 1939, l’alliée du Reich contre l’URSS, les juifs finlandais se retrouvent dans la position peu confortable de servir dans une armée alliée aux nazis : une tente de prière est même installée, sur le front russe, à deux pas des Allemands, et la communauté fournit une aide alimentaire aux prisonniers de guerre juifs soviétiques. Après 1945, la communauté se reconstruit et donne, lors de la guerre d’Indépendance d’Israël en 1948, le plus fort taux de volontaires de toute la Diaspora. Ben Zyskowicz, premier juif élu député en 1979, est un politicien connu de la capitale. En 1999, le gouvernement a causé une vive controverse en acceptant d’aider financièrement l’entretien des tombes des Waffen SS finnois morts en Ukraine.

1500 juifs vivent aujourd’hui en Finlande, dont 1200 à Helsinki, 200 à Turku et 50 à Tampere.