Journées européennes de la culture juive / Journées européennes de la culture juive 2023

Berlin

Le Musée juif de Berlin est très actif dans le partage de la culture juive et aborde des questions difficiles, dont récemment les perspectives juives concernant la guerre en Ukraine et les changements survenus après la réunification de l’Allemagne. Rencontre avec sa directrice, Hetty Berg.

Photo du JMB

Jguideeurope : Pouvez-vous nous donner quelques détails sur la prochaine exposition consacrée aux Juifs de la RDA ?

Hetty Berg : Le Musée juif de Berlin (JMB) présentera l’exposition « Un autre pays. Juifs en RDA » à partir du 8 septembre 2023, la première grande exposition sur les expériences juives en RDA. Avec cette exposition, le JMB met en lumière une partie de l’histoire allemande – de l’après-guerre à nos jours – qui, jusqu’à présent, a eu tendance à être éclipsée par d’autres expériences et récits.

Des objets personnels provenant de témoins contemporains et de leurs descendants, ainsi que des entretiens avec des Juifs racontant leur histoire, révèlent une variété de perspectives individuelles. Ils transmettent des expériences parfois contradictoires qui, en particulier dans le cas des questions relatives à l’identité juive, évoluent dans le champ de tension entre l’attribution et l’image de soi. Les personnes interrogées donnent un aperçu des développements historiques, elles se souviennent, commentent les conflits sociopolitiques ou soulèvent des questions en rapport avec les objets de l’exposition. Les interviews ont été réalisées par la documentariste Yael Reuveny dans le cadre de la bourse Michael W. Blumenthal, spécifiquement pour le projet. Dans huit projections de films, la réalisatrice utilise des images d’aujourd’hui pour explorer un pays qui n’existe plus sous cette forme, mais qui a laissé des traces évidentes dans le présent.

Giora Feidman, JMB 2022. Photo du JMB

L’exposition historico-culturelle explore son sujet dans le cadre d’un voyage de recherche documentaire et le relie à l’art visuel, au cinéma et à la littérature, à des biographies à plusieurs niveaux et à des expositions extraordinaires. Elle permet ainsi de mieux comprendre la vie des Juifs qui ont fui l’Allemagne avant les nazis et sont retournés dans la zone d’occupation soviétique après 1945, survivant dans les camps de concentration ou dans la clandestinité. Après l’expérience de la Shoah, beaucoup d’entre eux espéraient construire un État libre et antifasciste avec la RDA. La vie juive dans huit communautés – à Berlin-Est, Dresde, Leipzig, Magdebourg, Erfurt, Schwerin, Halle et Chemnitz ou Karl-Marx-Stadt – ainsi que les points nodaux de l’histoire juive en Allemagne de l’Est – tels que la fuite vers l’Ouest en 1952/53 ou les réactions à la guerre des six jours en 1967 – sont mis en lumière sous la forme d’une histoire quotidienne et sociale.

Début 2022, le JMB avait lancé un appel à collection pour l’exposition : Avec cette collection et les portraits cinématographiques réalisés dans le cadre de l’exposition, le JMB élargit sa collection sur le thème  » Juif en RDA « . L’exposition ajoute un aspect important au discours actuel entre l’Est et l’Ouest et consolide la position du JMB en tant que plate-forme centrale pour la vie et l’histoire juives dans toute l’Allemagne.

Le programme d’accompagnement va d’un concert d’un groupe célèbre à une conférence académique. L’exposition elle-même devient également un lieu d’événements : lectures, conférences d’artistes, performances – tous les mardis (à quelques exceptions près), les invités de l’exposition donnent un aperçu personnel de leurs expériences, de leurs histoires familiales et de leurs préoccupations concernant la vie juive en RDA.

Hanoukia Wolpert. Photo du JMB

Voyez-vous une évolution dans la perception du judaïsme en Allemagne de l’Est depuis la réunification ?

C’est une question très complexe – et il n’y a pas de réponse simple, en raison de la multiplicité des points de vue. Quoi qu’il en soit, j’éviterais le terme « évolution » et préférerais parler de discours spécifiques à un moment donné, ou de positions spécifiques. Par exemple, l’Allemagne a célébré l’année 2021 avec un grand nombre d’événements différents à différents endroits, parce que 2021 marque 1700 ans de vie des Juifs dans ce qui est aujourd’hui l’État allemand moderne. Mais cet anniversaire ne me semble pas être le point de départ d’une évolution, pas même d’une évolution avec des interruptions ou des sauts.

La réunification a été un moment de profonde perturbation au niveau individuel et sociétal pour tous ceux qui vivaient en Allemagne de l’Est, y compris les Juifs, et pour de nombreuses personnes en Allemagne de l’Ouest également. Elle s’est transformée en un moment où de nombreux aspects de leur vie ont été renégociés, y compris les notions de judéité. L’État est-allemand, les congrégations est-allemandes, les institutions juives ouest-allemandes et les personnes est-allemandes qui s’identifiaient comme juives ont lutté pour définir la judéité dans l’après-guerre. En 1986, avec la création du groupe communautaire juif « Wir für uns » (Nous pour nous-mêmes) et de l’organisation qui lui a succédé, l’Association culturelle juive, les bases d’une compréhension pluraliste de l’identité et de la culture juives ont été jetées. Le changement le plus important est intervenu avec la dissolution de l’Union soviétique à la fin de l’année 1991. Suite à l’ouverture des frontières Est-Ouest et soviétiques, près de 220 000 Juifs d’Union soviétique ont immigré dans l’Allemagne nouvellement réunifiée et ont obtenu le statut de réfugié. Tout à coup, de nouvelles communautés se sont formées et les anciennes se sont développées ; des centres communautaires, des écoles et des synagogues ont été construits. L’immigration a sauvé la communauté stagnante de l’effondrement démographique, mais leur intégration a également posé des défis, car la plupart des nouveaux arrivants étaient beaucoup plus laïques que les communautés traditionnelles locales. Les négociations sur le judaïsme et la définition de la « judéité » se sont poursuivies, se poursuivent encore et se tournent vers de nouveaux – ou d’anciens – aspects.

Ukraine im Kontext. Photo du JMB

Le musée a participé à des programmes liés à la guerre en Ukraine. Comment cela a-t-il été perçu par le public ?

Le JMB, en coopération avec l’Agence fédérale pour l’éducation civique et l’OFEK, un centre de conseil spécialisé dans les incidents antisémites et les actes de violence, a invité le public à la série de discussions « Ukraine in Context. Perspectives juives sur l’Ukraine, présente et passée« . Cette série de discussions permet de mieux comprendre le présent du pays à plusieurs niveaux, avec son histoire en toile de fond. À partir des villes de Kharkiv, Chernivtsi, Odessa, Dnipro et Lviv, des artistes et des universitaires ukrainiens ont parlé de la vie et de la survie pendant la guerre, des affiliations multiples, des mémoires concurrentes, des identités, des images des villes et de l’histoire. La série a débuté en octobre 2022 et le dernier événement a eu lieu le 8 mai 2023. Tous les événements sont encore disponibles sur notre site web.

Les conversations des panels ont été intenses d’un point de vue politique et émotionnel. Les expériences personnelles de la guerre se sont mêlées à une vision historique de l’Ukraine. Les conversations ont également pris une intensité particulière en raison des informations provenant de la zone de guerre. Les participants masculins n’étaient généralement pas autorisés à quitter l’Ukraine et devaient être filmés en gros plan.

Nous avons accueilli environ 150 invités par événement. Beaucoup d’entre eux étaient originaires d’Ukraine – des villes qui ont fait l’objet de discussions lors des tables rondes. Les panélistes sont reconnaissants que nous leur donnions la parole ici à Berlin. À cet égard, cette série était inhabituelle en raison de la rencontre explicite de destins personnels et de perspectives scientifiques et artistiques sur l’Ukraine, tant au sein des groupes de discussion que dans l’auditorium.

C Lanzmann. Photo du JMB

Pouvez-vous nous présenter quelques objets récemment acquis par le musée ?

Je n’en citerai que trois. Tout d’abord, le plus célèbre au monde est l’archive audio de Claude Lanzmann pour son film « Shoah » (France, 1985). En mai 2023, ces archives, ainsi que les films originaux en 16 mm et les films restaurés en 35 mm, ont été inscrits au registre du patrimoine documentaire mondial de l’UNESCO, « Mémoire du monde ». Les films sont la propriété de la société française Les Films ALEPH. Grâce à cette distinction, le JMB abrite pour la première fois un patrimoine culturel mondial reconnu par l’UNESCO. Pouvoir conserver ici, à Berlin, ces vastes archives audio encore inédites, créées dans le cadre de l’œuvre cinématographique monumentale de Lanzmann, « Shoah », est à la fois un grand privilège et une obligation particulière. Depuis un an, les enregistrements audio enrichissent notre collection de leur perspective unique : Le documentaire de Lanzmann a adopté une approche artistique entièrement nouvelle et a jeté les bases méthodologiques de l’histoire orale. La distinction de l’UNESCO nous motive plus que jamais à explorer le contenu de ces archives, à les ouvrir à la recherche et à les rendre accessibles en ligne. Les archives audio ont été données au JMB fin 2021 par Dominique Lanzmann. Les enregistrements sont stockés sur des cassettes musicales ordinaires. Dès réception du don, le JMB a commencé à numériser les 200 heures d’enregistrements afin de les préserver et de les rendre accessibles à l’avenir.

Les archives audio sont constituées d’enregistrements réalisés par le journaliste et cinéaste Claude Lanzmann (1925-2018), petit-fils d’immigrés juifs d’Europe de l’Est, ainsi que par deux de ses collègues, alors qu’ils effectuaient des recherches sur « Shoah » dans les années qui ont précédé le début du tournage. Les bandes documentent des conversations avec des témoins contemporains très différents : survivants des ghettos et des camps de concentration, résistants, historiens, ecclésiastiques, intellectuels, politiciens et auteurs de crimes.

Le film « Shoah » a marqué un tournant dans la perception de l’Holocauste. Sans avoir l’air de faire la morale, le film est une œuvre instructive qui fournit des informations historiques vérifiées, qu’il a ancrées dans la mémoire d’un public du monde entier. Lanzmann a travaillé sur ce documentaire pendant douze ans. D’une durée de 9 heures et 26 minutes, il ne comporte pas une seule image d’archive. Le fait que les derniers témoins de l’Holocauste soient bientôt décédés renforce encore l’importance des recherches et de la documentation audio réalisées par Lanzmann.

Deuxièmement, en 2022, Giora Feidman, juste après avoir donné un merveilleux concert dans le jardin du musée, lors de l’événement d’ouverture de notre « Été de la culture », a fait don de l’une de ses clarinettes à l’exposition principale.

Troisièmement, en 2021, le Musée juif de Berlin a acquis la première ménorah moderne de Hanoukka, fabriquée en 1924 par Ludwig Wolpert. Sa création a rompu avec les conventions stylistiques qui avaient régi le judaïsme jusqu’alors et a inauguré un changement de forme et de style qui a influencé et façonné les conceptions artistiques des générations à venir. La ménorah est en laiton patiné et mesure 34 cm de haut et 38 cm de large.

Depuis son ouverture il y a vingt ans, le Musée juif de Berlin s’est spécialisé dans la collection d’objets cérémoniels juifs d’Allemagne datant de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Nous voulons documenter le changement de style qui s’est produit à cette époque. Il ne reste aujourd’hui qu’un très petit nombre d’objets de cérémonie juifs fabriqués par des artistes en Allemagne dans les années 1920. La ménorah de Hanoukka de Wolpert est un excellent exemple de cette période décisive et de l’éveil créatif du modernisme, et elle comble une lacune dans la collection du musée.

Pourriez-vous nous faire part d’une rencontre émouvante avec un visiteur ou un participant à l’un de vos programmes ?

Je me souviens d’une rencontre avec Micha Odenheimer, que je connais d’Israël depuis plus de 30 ans. Il est venu au JMB pour me rendre visite en tant que nouveau directeur et m’a dit que dans notre nouvelle exposition principale, il y avait un film amateur de sa famille datant des années 1930.