Albanie

Une famille juive de la ville de Kavajë en 1942 © Mosa Mandil – Wikimedia Commons

Si les juifs ont vécu en Albanie pendant des siècles, il reste peu de traces physique de leur présence. Une bonne raison de visiter l’Albanie serait peut-être cependant de rendre un hommage au besa, le code de l’honneur et de l’hospitalité albanais. Grâce à cette pratique, musulmans et chrétiens ont risqué leur vie pendant la Seconde Guerre mondiale pour sauver la population juive locale, ainsi que des centaines de réfugiés venus de pays voisins.

Les juifs des Balkans étaient liés par des attaches familiales et commerciales. Ainsi, les juifs albanais étaient particulièrement proches des communauté de Corfou et de Ioannina.

Selon l’historien albanais Apostol Kotani, les juifs seraient arrivés en Albanie vers 70 de notre ère. Des sources mentionnent des navires romains avec à leurs bords des prisonniers juifs qui auraient échoués en Albanie après le naufrage de leurs bateaux. Les descendants de ces captifs sont peut-être ceux qui ont construit une synagogue dans la ville portuaire de Sarande, au sud du pays, au Ve siècle.

D’autres témoignages signalent un petit groupe de marchands juifs vivant dans la ville de Durrës, point important de la route commerciale entre Rome et Istanbul.

Aux XVe et XVIe siècles, la communauté juive représente un tiers de la population de Vlore, alors capitale administrative et commerciale du pays.Les juifs de Vlore venaient de France, de Corfou, d’Espagne, ou encore de Naples. Ils exportaient du textile et du cuir.

Au XVIIe siècle, Vlore perd de son importance au profit de Berat où des fidèles de Sabbatai Zeevi s’installèrent.

Enfin, au XIXe siècle, une importante communauté venue de Grèce s’installe en Albanie. Le même phénomène se reproduit après que le pays devient une monarchie en 1928. Le recensement de 1930 mentionne 204 juifs.

Notons qu’en 1935, la tolérance et tranquillité du pays en font un candidat potentiel pour l’établissement d’un foyer juif.

Après l’arrivée de Hitler au pouvoir, des juifs d’Allemagne, d’Autriche, de Tchécoslovaquie, ou encore de Pologne trouvent refuge en Albanie. L’ambassade albanaise à Berlin délivra des visas à tous les juifs qui en faisait la demande, quand plus aucun pays ne s’y risquait -rappelons qu’Albert Einstein a fui l’Allemagne en 1935 avec des papiers albanais. Ainsi commença un remarquable sauvetage, tant au niveau de l’État -sur ordre du roi Zog- qui refusa de donner aux autorités allemandes ses liste de recensement ; qu’au niveau de sa population à majorité musulmane qui cacha la communauté juive au péril de sa vie. Seule une famille fut déportée. L’Albanie a donc non seulement sauvée 200 juifs locaux, mais également 2000 juifs étrangers réfugiés. L’Albanie est ainsi le seul pays à avoir décuplé sa population juive entre 1939 et 1945. À ce jour, 69 albanais ont été élevés au rang de Justes parmi les Nations.

Pour en savoir plus sur cette aspect peu connu de la Seconde Guerre mondiale, il est recommandé de visionner le documentaire américain Besa la Promesse donc vous trouverez ici la bande-annonce en anglais.

Après la fin de la guerre, 180 juifs vivaient en Albanie. Quand les frontières s’ouvrirent en 1991, la majorité quitta le pays pour Israël.