Jusqu’au 12 février 2023 au Musée juif de la Dorotheergasse à Vienne

Le réalisateur James T. Hong explore la question difficile et douloureuse du pardon. Un thème marquant depuis le geste du chancelier allemand Willy Brandt en 1970 devant le monument célébrant la Révolte du Ghetto de Varsovie. Des chefs d’Etat des quatre coins du monde ont exprimé des regrets publiques depuis, pour des sujets bien différents, concernant des questions historiques ou des histoires personnelles qui n’ont pas su rester privées. Sont explorées les questions de sincérité, de part d’émotion et de communication, la répétition du « plus jamais ça »…

https://www.jmw.at/exhibition/james_t_hong_apologies_v_20162_2021

Jusqu’au 26 mars 2023 au Emanuel Ringelblum Jewish Historical Institute

Cette exposition examine la participation des juifs polonais à la lutte pour l’indépendance de leur pays de la fin du 18e siècle à la fin de la Première Guerre mondiale. Qu’est-ce qui motiva particulièrement ces combats, notamment la fibre patriotique et quand pouvaient-ils parfois se sentir exclus par certaines ambitions nationalistes ? Quelles furent les liens entre les citoyens de différentes confessions unis sous le même uniforme ? 150 objets sont présentés : textes, photos et peintures. Parmi les personnages mis à l’honneur, Berek Joselewicz, héros de guerre pour la patrie et d’autres figures moins connues.

https://www.jhi.pl/en/exhibitions/shoulder-to-shoulder,370

Jusqu’au 21 mai, 2023 au Musée juif de Munich

Cette exposition, réalisée en partenariat avec le musée juif de Hohenems, tente de revenir à la base de l’idée de projet européen. Qu’envisageait-il et est-il fidèle à sa promesse initiale ? Les enjeux nationaux et continentaux sont-ils compatibles ? Sont présentés des individualités juives qui ont poursuit et accompagné ce rêve d’une Europe des Lumières et ses combats pour les droits égaux. Toutes ces questions sont traitées dans l’exposition, en examinant les menaces et opportunités, échecs et réussites.

https://www.juedisches-museum-muenchen.de/en/exhibitions/the-last-europeans

Jusqu’au 31 décembre 2022 au Museo Padova della Ebraica

Cette exposition fait la lumière sur les parcours de vie de médecins juifs de Padoue et les liens entre l’université et la communauté juive. Cela, dans le cadre des 800 ans de cette prestigieuse institution. Souvent très ouverte, accueillant des étudiants juifs dès 1500, l’université réussit à répondre au climat d’intolérance lorsque les étudiants non catholiques n’y sont plus autorisés, en leur accordant quand même des diplômes. Néanmoins, suite à la promulgation des « lois raciales », cinq professeurs juifs furent renvoyés. Parmi eux, Tullio Terni, directeur de l’Institut d’anatomie de Padoue, l’un des pères de l’embryologie moderne. C’est à ces pages d’histoire cachées que l’événement de Padoue, parrainé par la municipalité et l’Ucei, consacre quatre rencontres approfondies.

Jusqu’au 26 février 2023 au PAFF de Pordenone

Le PAFF ! (Palazzo Arti Fumetto Friuli) accueille la première expo majeure en Italie consacrée à Will Eisner. Le nom de l’expo fait référence à la bande dessinée qui le rendit célèbre. Eisner, à l’image d’un Jean Gabin en France, aura connu deux grandes carrières, célébrées par différentes générations trouvant en chacun de ces moments différents traits rendant ces génies appréciables.

Né à Brooklyn de parents juifs ayant immigré de Roumanie et de l’Empire austro-hongrois, Will Eisner (1917 – 2005) a commencé sa carrière d’auteur de bandes dessinées dans les années 1930, et a connu le succès avec le personnage du Spirit, entre détective et super-héros, référence devenue classique dans le milieu. A la fin des années 1970, il revient en force avec « Un Pacte avec Dieu », le premier roman graphique. Une œuvre qui raconte la vie juive new-yorkaise du début du siècle et les différents défis sociétaux et malheurs personnels. Une œuvre en partie autobiographique.

L’exposition, installée à la Villa di Parco Galvani à Pordenone, retrace la carrière d’Eisner en présentant 180 originaux, dont des planches finales et des croquis, ainsi que 126 publications d’époque.

PAFF, Villa di Parco Galbani, Viale Dante, 33, 33170 Pordenone PN

https://www.mosaico-cem.it/cultura-e-societa/eventi/a-pordenone-una-mostra-sul-genio-artistico-di-will-eisner/

Au Musée juif de Londres

“If you seek to learn, grow, pursue truth and find freedom, seek places that welcome argument and respect dissenting views.” Rabbi Jonathan Sacks 

Cette phrase du grand rabbin précède la présentation de ce concept à la fois traditionnel et si important dans notre monde contemporain. Ces pièces de conversation, lieu qui par définition est supposé les encourager, accueillent régulièrement des publics afin d’échanger autour d’une table et entourés d’objets variés. Des objets et des thèmes qui répondent aux sujets de conversation contemporains et s’y invitent. Inspiré par le Talmud, cette démarche est accompagnée de témoignages et débats de rabbins au fil des siècles. Pour le premier rendez-vous du genre le mois dernier, trois boites d’épices d’Ukraine utilisées pendant la Havdalah ont été présentées en guise d’ouverture et d’inspiration des débats. Le lieu est ouvert au public du dimanche au jeudi.

Jusqu’au 17 avril 2023 au Musée juif de Francfort

Cette exposition est consacrée à quatre femmes artistes de Francfort, oubliées avec le temps : Erna Pinner, Rosy Lilienfeld, Amalie Seckbach et Ruth Cahn. Dans les années folles de la décennie 1920, l’audace accompagnait souvent la folie, permettant à la majorité invisible des femmes de triompher sur scène, grand écran et de se faire une petite place dans les musées. Car jusqu’en 1919, elles furent interdites d’entrée à l’académie des Beaux-Arts. Ces quatre là furent des pionnières à Francfort, en compétition avec leurs collègues masculins pour l’appréciation et la reconnaissance artistique. Néanmoins, avec l’arrivée au pouvoir des nazis, les carrières s’interrompirent, leurs œuvres étant ostracisées et leurs personnes persécutées en tant que juives. Ainsi, l’exposition remet la lumière sur leurs vies et leurs œuvres. Et nous replonge dans ces intrigantes années 1920 où tout semblait possible, dans le sens positif du terme. Avec la scène culturelle foisonnante de Francfort, qui se crée aussi à cette époque un nom en sociologie et en philosophie grâce à son école.

https://www.juedischesmuseum.de/en/visit/detail/back-into-the-light-english-tour0/

Au Musée juif Danois

Octobre 1943, le courage d’un peuple, le courage d’un roi. Toute une population, négligeant les appartenances sociales, économiques et culturelles pour venir en aide à leurs compatriotes. Comment un petit pays défia la puissante Allemagne pour sauver l’immense majorité des juifs danois. Une exposition spéciale est consacrée au Musée juif danois à cet événement historique. Mais aussi le lien des juifs à leur pays depuis deux-cents ans. Des objets de ces différentes époques sont présentés, mis en valeur par les œuvres artistiques de Kristan Bay Kirk.

https://jewmus.dk/en/udstilling

Jusqu’au 15 janvier 2023 au Bozar

2024 sera l’année… de la grande rétrospective dédiée à Chantal Akerman à Bruxelles. En guise de premier acte, le musée Bozar présente une installation assez peu partagée auprès du public auparavant que la réalisatrice belge a monté en 1998 : Selfportrait/Autobiography: A Work In Progress. Elle se décline à travers 6 à 8 moniteurs et contient des images de plusieurs films issus de différentes périodes : Hôtel Monterey (1972), Jeanne Dielman, 23 quai du commerce à 1080 Bruxelles (1975), Toute une nuit (1982) et D’Est (1993). Scènes du « quotidien » comme il nous apparaît rarement ou comme nous refusons de le voir, telle la majestueuse Delphine Seyrig, chamboulée dans son emploi du temps et ses émotions. Femmes fortes devant et derrière la caméra, guidant ce piano suspendu dans les airs au-dessus de nos vies, pour nous…

https://www.bozar.be/fr/calendrier/chantal-akerman

Jusqu’au 26 février 2023 au Musée juif d’Augsburg

Cette exposition retrace la diversité de la vie juive en Ukraine ces cent dernières années. De la vie au shtetl des années 1920 et es rencontres interculturelles, secouée par les événements politiques de l’époque à la guerre actuelle, en passant par les massacres pendant la Shoah et les défis culturels et politiques à l’ère soviétique. La communauté juive locale est d’ailleurs en grande partie composée de personnes originaires d’Ukraine. La diversité de cette vie juive ukrainienne et son lien à l’Allemagne en général et à Augsburg en particulier sont donc mis en valeur. L’exposition est réalisée avec l’aide des chercheurs ukrainiens Daria Reznyk et Andrii Shestaliuk.

https://jmaugsburg.de/en/exhibitions/voices/

Jusqu’au 10 avril 2023 au Musée juif d’Amsterdam

Cette exposition met en lumière l’amitié entre deux femmes, Etty Hillesum (1914-1943) et Leonie Snatager (1918-2013), à l’heure des choix difficiles pendant la Seconde Guerre mondiale. Les textes d’Etty Hillesum, qui fut assassinée à Auschwitz, ont rencontré un grand succès littéraire. Une biographie de Judith Koelemeijer sur l’auteure a été publiée récemment aux Pays-Bas. Ce livre présente des documents inédits, relatifs notamment à l’amitié entre Etty et Leonie. Une amitié évoquée dans le journal de chacune, écrit sur les conseils de leur psy Julius Spier, qu’elles consultèrent pendant la guerre. Leonie se cachera et survivra à la guerre. A sa mort, sa famille découvre ses textes et archives, mais aussi de nombreuses éditions de l’œuvre d’Etty. Son fils en fera don au musée afin de permettre au public de découvrir cette Histoire et leur histoire complexe et émouvante.

https://jck.nl/en/tentoonstelling/etty-leonie

Jusqu’au 31 décembre 2022

une douzaine de panneaux accrochés sur les grilles du square Francis Lemarque, l’exposition présente les visages et les noms d’enfants déportés du 11e arrondissement, le plus touché par la rafle du Vel d’Hiv après le 20e. L’exposition est d’ailleurs réalisée dans un partenariat entre l’association des Fils et Filles des déportés juifs de France et la Mairie du 11e arrondissement de Paris. L’exposition, coordonnée par l’historienne Sabine Zeitoun s’accompagne d’une contextualisation historique et de cartes des lieux d’arrestation réalisées par l’historien Jean-Luc Pinol.

Square Francis Lemarque, 90 rue de la Roquette, 75011 Paris

Jusqu’au 2 janvier 2023 au Centre Pompidou

Une centaine d’œuvres de Gérard Garouste vous accueille au Centre Pompidou, témoignant de la richesse créative, de la diversité des inspirations, notamment bibliques et sexuelles. Avec un tournis garanti dans ce merveilleux manège artistique contemporain illustré par cette œuvre où d’une dizaine de points de vue on peut apercevoir à travers une lunette une partie de l’oeuvre, ne sachant plus où commence le rêve de Garouste et se termine notre réalité.

https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/1c7rCxA

Jusqu’au 15 mai 2023

Comme les autres musées affectataires de biens MNR, les musées de la Ville de Strasbourg effectuent des recherches destinées à identifier les propriétaires de ces œuvres, en vue, le cas échéant, d’une restitution à leurs ayants droit. De nombreuses œuvres volées par les occupants allemands n’ayant pas encore retrouvé leurs propriétaires spoliés pendant la guerre. Ces recherches sont conduites en lien avec le ministère de la Culture. Sur le site, vous trouverez les détails de cette démarche.

Galerie Heitz / Palais Rohan, 2 place du château 67000 Strasbourg France

https://www.musees.strasbourg.eu/mnr-musees-nationaux-de-recuperation?

Du 17 septembre 2022 au 21 janvier 2023 à La Galerie, Noisy-Le-Sec

Reconnaissance tardive mais bien sincère d’une génération pour cette grande actrice et inventrice. De l’expo qui lui a été consacrée au musée juif de Vienne à la rétrospective en novembre 2022 à la Cinémathèque, nous (re)découvrons une de ces stars qui incarna la beauté et surtout l’intelligence sur les grands écrans des années d’après-guerre. Mais aussi l’engagement marquant dans l’effort de guerre, en développant des procédés informatiques. Ses œuvres mais aussi son influence seront présentées lors de cette exposition.

La Galerie, 1 rue Jean Jaurès 93000 Noisy-le-Sec

https://lagalerie-cac-noisylesec.fr/hedy-lamarr-the-strange-woman/

Le 12 novembre 2022 à 15h30 au Centre Medem

Cette rencontre littéraire autour du livre d’Henri Minczeles sur l’histoire du Bund. Une histoire riche et diverse selon les générations et les pays, la Pologne, la Russie, mais aussi la France. L’influence de ce mouvement ouvrier, ses luttes émancipatrices et ses conflits avec les autres mouvances politiques. Une journée en présence de Constance Paris de Bollardière, auteure de la préface du livre et spécialiste du Bund et des rescapés de la Shoah, ainsi que Cédric Biagini, qui anime les éditions L’échappée où le livre est republié.

Centre Medem

52 Rue René Boulanger, 75010 Paris

Le jeudi 15 décembre à 19h30 à la Maison de la culture yiddish

Si une définition consensuelle est difficile à trouver concernant l’humour juif, il ne va de même pour une de ses grandes influences, l’humour yiddish. Une anthologie publiée par Nadia Déhan-Rotschild aux éditions Bibliothèque Medem permet d’en comprendre l’étendue. 104 dessins et 262 textes figurent dans cette anthologie bilingue français-yiddish. Lors de cette soirée de présentation, ces œuvres seront lues et mises en espace par les comédiens du Troïm-teater et des animateurs de la Maison de la culture yiddish.

https://programme.yiddish.paris/?tribe_events=un-sourire-par-jour-nouvelle-parution-aux-editions-bibliotheque-medem

Du 9 décembre 2022 mercredi 30 août 2023 au Mémorial de la Shoah

Quatre générations ont voyagé bien loin dès l’enfance grâce aux magazines Tintin et Spirou et tous leurs personnages, en commençant par ceux dont les magazines portent les noms. Souvent, ces bandes dessinées ne s’adressaient pas qu’à un public enfant, ou tentait d’éveiller leur conscience. Émile Bravo, dans son quatrième et dernier tome de sa série « L’Espoir malgré tout », paru le 20 mai 2022 aux éditions Dupuis, permet une étonnante rencontre. Celle entre le groom Spirou et Felix Nussbaum, peintre allemand assassiné à Auschwitz. Rencontre imaginaire pas si étonnante lorsqu’on sait que Jean Doisy, le rédacteur en chef du magazine Spirou, dirigea un réseau de Résistants pendant la guerre. Bravo présente dans cette bande dessinée les dangers de cette époque et les choix des institutions et personnes face à eux.

17 Rue Geoffroy l’Asnier, 75004 Paris

https://billetterie.memorialdelashoah.org/fr/evenement/spirou-dans-la-tourmente-de-la-shoah

Le jeudi 24 novembre à 18h à l’ACJ

Dans le cadre du festival « Migrant’ scène », sera projeté le film d’animation de Florence Miailhe. Le film présente le passage douloureux de l’enfance à l’adolescence pour Kyona et Adriel, souhaitant s’échapper de dangers présents dans leur pays pour trouver une terre d’asile. Sur les routes de l’exil, les deux enfants font d’étonnantes rencontres réelles et/ou imaginaires qui feront de cette traversée un voyage initiatique.

ACJ

55 rue des Ponts, Nancy

https://acj55.fr/

Jusqu’au 31 décembre 2022

Si la photographie et le cinéma se sont imposés dans l’anoblissement des arts au début du 20e siècle, Albert Kahn comprit très tôt la révolution apportée par ces arts. Ainsi, il entreprit en 1908-1909 un voyage autour du monde et lança le projet de documentation visuelle des cinq continents. Ces Archives de la Planète sont exposées aujourd’hui aux Jardins, en montrant 4000 plaques stéréoscopiques et 2000 mètres de pellicule. Grace notamment à Albert Dutertre, qu’Albert Kahn recruta pour documenter le voyage.

Musée départemental Albert Kahn

2 Rue du Port, 92100 Boulogne-Billancourt

https://albert-kahn.hauts-de-seine.fr/la-programmation/expositions/les-expositions-temporaires/autour-du-monde

Jusqu’en mars 2023 au Musée Gaon de Vilna

Le 24 octobre 2022, le musée d’histoire juive Gaon de Vilna a eu l’honneur d’accueillir la Reine Mathilde de Belgique, la première Dame de Lituanie, Diana Nausėdienė, ainsi que le ministre-Président de la région Bruxelles-Capitale, Rudi Vervoort. Accueillis sur place par le ministre de la Culture lituanien Simonas Kairys, ils ont signé un accord de coopération entre les musées des deux Etats. Cela, dans le but d’améliorer les coopérations universitaires et historiques. La rencontre ouvrit officiellement l’exposition dédiée à l’artiste Kopel Simelovitz, originaire de la ville lituanienne de Šeduva. Lequel s’était réfugié en Belgique. Arrêté pendant la Shoah, il fut déporté et assassiné à Auschwitz en 1943. Sera notamment projeté le documentaire The Paper Brigade de la réalisatrice Diane Perelsztejn.

https://www.jmuseum.lt/en/news/i/2088/the-vilna-gaon-museum-of-jewish-history-was-honoured-by-a-visit-from-special-guests–her-majesty-queen-mathilde-of-belgium/

Du 10 au 20 novembre 2022

Un grand nombre de films sont projetés cette année à l’occasion du festival du Royaume Uni du film juif. 74 films en tout, dans les salles à travers le royaume. Une manière d’explorer de nombreuses thématiques israéliennes et juives à travers le prisme du septième art. Avec des œuvres telles Adieu Monsieur Haffmann, Charlotte, America, Equilibrium, What Has Changed ou Who’s Afraid of Jewish Humor ? Oui, qui a peur de l’humour juif ? Ni du cinéma d’ailleurs, permettant de mieux connaître autrui…

Du 10 au 12 mars 2023 à Youlgrave

Au Nord toute ! Le klezmer, issue des célébrations lointaines et profondes d’Europe de l’Est, poursuit sa longue route de réenchantement d’un monde contemporain. Après ses succès en Europe occidentale, en Amérique du Nord, c’est vers le nord de l’Angleterre qu’il voyage, à l’occasion du Festival Kleznorth, créé en 2009 par Sue Cooper, Adrian Dobson et Judith Plowman. Un succès qui s’est pérennisé et qui accueille cette année des artistes jouissant d’une longue expérience de ce partage, tels Ian Stern, Michael Alpert, Aisha Walker, Alan Zinober, Fiona Frank, Keith Lander et Phil Tomlinson.

Du 22 au 27 novembre 2022 au Cinerama Empire, au Ciné 17 et au Cinéma Bio

Un choix étonnant est proposé lors de cette nouvelle édition, accentuant le regard féminin de nombreuses thématiques. Des projections de films européens et israéliens. Avec notamment « Karaoke » de Moshe Rosenthal en film d’ouverture, en présence l’acteur principal Sasson Gabay, mais aussi « Tu choisiras la vie » de Stéphane Freiss. Le grand acteur français, derrière la caméra cette fois-ci sera également présent pour s’entretenir avec le public. Parmi les autres films présentés « One more story » de Guri Alfi, « Cinema Sabaya » de Orit Fouks Rotem, « The Forger » de Maggie Peren et « Perfect Strangers » de Lior Ashkenazi, lui aussi habituellement devant la caméra. Sans oublier un documentaire sur les 50 ans d’ « Un Violon sur le toit » !

Le 19 novembre 2022 à la Salle du Lignon

La chanteuse Keren Ann, aux cultures d’origine et créations marquantes aussi bien en Europe qu’en Israël, s’illustre depuis longtemps sur scène, album mais aussi lorsque sa musique devient un des acteurs de films, opéras et pièces. Elle s’associe au Quatuor Debussy, connu pour son répertoire classique ainsi que des collaborations contemporaines très originales. Cela, afin de poursuivre ensemble le tutoiement des genres musicaux. Ainsi, le répertoire de Keren Ann est revisité, avec le soin d’arrangements originaux conçus par la chanteuse et d’autres artistes tels Maxim Moston et Gabriel Kahane pour une soirée inoubliable.

Jusqu’au 10 avril 2023 au Musée Freud

De la rencontre entre Freud et André Breton à l’influence de la psychanalyse sur l’oeuvre de Salvador Dali, cette expo explore les liens entre celle-ci et le surréalisme. Une centaine d’oeuvres issues de la collection Klewan réalisées par une cinquantaine d’artistes, ainsi que de nombreux écrits. Leurs liens, mais aussi leurs différences sont explorées à travers l’exposition. Parmi leus oeuvres présentées, celles de Herbert Bayer, Hans Bellmer, Victor Brauner, Salvador Dalí, Giorgio de Chirico, Max Ernst, Conroy Maddox, André Masson, Meret Oppenheim, Pablo Picasso, Alberto Savinio, Toyen (Marie Čermínová) et Dorothea Tanning.

https://www.freud-museum.at/en/surreal-imagining-new-realities

Concert Hana Fleková, Jan Krejča & Lenka Torgersen / Tramontana

Le 15 décembre 2022 à la synagogue Maisel

Habitué à présenter des concerts classiques, la synagogue Maisel accueille ce soir-là un concert de musique baroque. Sur scène la violoniste Hana Fleková est accompagnée du théorbiste Jan Krejči et de la violoniste Lenka Torgersen. Ensemble, ils interpréteront des œuvres de musiciens transalpins du 17e siècle, inspirés par la musique italienne virtuose. Un concert présenté avec le soutien de l’ambassade d’Allemagne en Tchéquie.

https://www.jewishmuseum.cz/en/program-and-education/events/1856/

Jusqu’au 16 avril 2023 au Musée juif de Galicie

Préparée avec le musée juif de Vienne, cette exposition met en lumière la vie fascinante de l’icône Helena Rubinstein (1872-1965). Cela, à l’occasion du 150e anniversaire de sa naissance. Née à Podgorze, près de Cracovie, elle fut marquée par l’éducation de sa mère auprès d’elle et de ses sept sœurs, notamment sur l’utilisation des produits de beauté. C’est ainsi qu’elle lança son empire en Australie, puis en Europe, principalement à Londres et Paris. Puis, aux États-Unis, où elle connut ses plus grands succès. Sont présentés à l’exposition des photos de Rubinstein à Cracovie, différents produits de beauté anciens, des robes, ainsi qu’une publicité de 1929 avec sa voix. L’expo est réalisée avec le soutien de la mairie de Cracovie.

Exposition « Sous le même ciel »

Jusqu’au 5 février 2023 au MEIS

L’exposition Sotto lo stesso cielo organisée par Amedeo Spagnoletto et Sharon Reichel, permet au public de mieux connaître la fête de Soukkot et apprécier son message d’union sous un même ciel. Célébrant la survie dans le désert du peuple juif, la fête est également une rencontre avec la nature et le lien à ses éléments et son rythme de vie. Les perceptions religieuses, artistiques et écologiques sont partagées, principalement autour de la l’utilisation et le respect de l’eau. 10 panneaux en bois présentant des scènes bibliques seront montrés. Ils avaient été créés pour une soukka vénitienne au tournant des 18e et 19e siècle.

Cette exposition est organisée par le Centre européen du judaïsme, en partenariat avec le Musée ANU de Tel Aviv et l’Institut de recherches marranes. Elle présente le parcours étonnant et très divers des juifs depuis l’Inquisition et le développement des communautés séfarades dans le monde. Mais aussi les efforts effectués par les Marranes pour garder une présence de judéité au sein des foyers, créant au fil du temps des habitudes lorsque les objets et témoins de ces époques n’étaient plus présents. Comme ces descendants priant une mystérieuse Sainte Esther, une habitude d’embrasser le coin de la porte sans plus savoir pourquoi… L’exposition permet aussi aux visiteurs de (re)découvrir l’histoire juive d’Espagne depuis l’époque romaine et la gloire de l’age d’or andalous, la participation des juifs au développement économique et culturel d’Espagne et d’autres grandes pages d’histoire.

Centre européen du judaïsme, place de Jérusalem, 75017 Paris

https://cejparis.com/expo-histoire-des-sefarades-des-conversos-et-de-leurs-descendants/