Irlande

Dublin

Entrée de la synagogue de Dublin
Hebrew Congregation. Photo de William Murphy – Flickr

C’est à la fin du XIXe siècle que la communauté juive de Dublin a atteint son apogée. Elle était installée autour de la South Circular Road – Warren Street, Martin Street et St Kevin’s Parade – que les Dublinois surnommaient d’ailleurs « La Petite Jérusalem ».

Le Musée juif irlandais occupe la synagogue de Walworth Road, qui abritait le centre de la vie juive de la capitale. Les départs vers les faubourgs, ainsi que la décroissance graduelle de la communauté, ont conduit à la fermeture de ce lieu de culte dans les années 1970.

 

Plaque posée sur la maison où l'auteur James Joyce imagina le personnage Bloom
Plaque célébrant le lieu où fut imaginé le personnage Leopold Bloom. Photo de Kinsie84 – Wikipedia

En 1985, Chaïm Herzog, l’ancien président de l’État d’Israël originaire d’Irlande, prononçait le discours d’inauguration de ce nouveau musée. On y trouve des archives, des objets et des explications sur ce qui faisait la particularité de cette communauté. On peut admirer, au rez-de-chaussée, une cuisine mettant en scène un shabbat typique de la fin du XIXe début du XXe siècle. Au premier étage, la synagogue a été très bien conservée.

Au 52 Upper Clanbrassil Street, Dublin 8, se trouve le lieu de naissance de Leopold Bloom, l’un des deux protagonistes du chef-d’œuvre de James Joyce (1880- 1941), Ulysse, publié en 1922. Leopold Bloom est le fils d’un juif hongrois ayant émigré à Dublin et changé de nom. On peut aujourd’hui voir une plaque sur le mur de cette maison. Ulysse mentionne aussi Emorville Square, Lombard Street West et St. Kevin’s Parade. Le personnage de Bloom a tant marqué les esprits que le principal festival littéraire d’Irlande porte son nom (Bloomsday); il se tient tous les ans au mois de juin.

Ulysse

Moi, Rudolph Virag, résidant actuellement au numéro 52 Clanbrassil Street, Dublin, précédemment à Szombathely, Royaume de Hongrie, par la présente informe que j’entends dorénavant, en tout temps et toutes occasions, être connu sous le nom que j’ai assumé de Rudolph Bloom.

James Joyce, Ulysse, Paris, NRF, Gallimard, 1937

Entrée du musée consacré à l'auteur James Joyce
James Joyce Centre. Photo de William Murphy – Flickr

La synagogue d’Adelaide Road, consacrée en 1892, a fermé ses portes en juin 1999. Celle de Greenville Hall , construite en 1920, abrite désormais les bureaux d’une société de haute technologie.

On peut toujours admirer sur sa façade les colonnes grecques et les étoiles de David qui la décoraient à l’époque.

Il reste trois synagogues en activité. Les horaires des offices peuvent être obtenus auprès de la Communauté juive de Dublin. Parmi elles, la Dublin Jewish Progressive Congregarion (DJPC), une synagogue libérale inclusive ouverte en 1946. Elle accueille les fidèles de la ville mais aussi régulièrement les touristes. N’affichant pas publiquement une adresse, elle peut être contactée par mail pour une visite.

Extérieurs du Musée juif irlandais où se situait auparavant la synagogue de Dublin
Musée juif irlandais

Les juifs de Dublin sont enterrés au cimetière de Dolphins Barn, non loin du pont de Donore Avenue, sur le Grand canal.

Personne n’a été enterré au  cimetière de Ballybough depuis 1908 mais la communauté juive maintient depuis lors un gardien chargé de la préservation du site.

Sur la petite maison de ce dernier, située à l’entrée du cimetière, on peut lire « Built in the year 5618» (« construit en l’an 5618»).

 

Interview d’Yvonne Altman O’Connor, directrice du Musée Juif Irlandais.

Reconstitution d'une maison d'époque au musée juife irlandais à DublinJguideeurope : Pouvez-vous nous parler de quelques objets du musée retraçant la vie juive des communautés irlandaises et leur contribution à l’Irlande d’aujourd’hui ?

Yvonne Altman O’Connor : Le musée est situé dans la dernière synagogue d’époque, laquelle est préservée dans son état comme au début du XXe siècle. Nous disposons de nombreux objets de collection liés à l’histoire sociale de la communauté.

Intérieur du Musée juif irlandais avec la synagogue qui officiait en ce lieu avant
Synagogue se trouvant dans le Musée juif irlandais.

Parmi eux, des photos, lettres, documents et objets anciens reflétant les activités sportives, artistiques et sociales des membres de cette communauté. Nous avons également une cuisine cachère originale et une présentation de livres par et eu sujet d’auteurs juifs irlandais ou de thèmes liés.

Quel lieu rattaché au patrimoine juif de Dublin a une importance pour les visiteurs ?

Le Musée juif est la source principale concernant toute recherche liée au patrimoine juif. Les deux cimetières de la ville sont également des lieux visités régulièrement.

Rouleaux de la Torah exposés au Musée juif irlandais

Vous avez récemment organisé un événement sur le personnage Leopold Bloom. Comment la perception du personnage de Joyce a-t-elle évolué dans l’imaginaire et quels furent les axes choisis ?

Nous avons présenté le contexte juif de l’histoire et du personnage de Leopold Bloom soulignant les questions liées à l’antisémitisme et au sionisme en Irlande à l’époque.

De plus amples recherches ont permises de révéler et de mettre en lumière des informations personnelles au sujet de Joyce et de son approche des personnages juifs aussi bien que celle du judaïsme.

Quelle est votre prochaine exposition ?

Nous avons actuellement une présentation consacrée au textile et une exposition en cours qui retrace la longue histoire de la diaspora.

Pour vous rendre au Musée, cliquez sur ce lien