France / Bretagne

Saint-Malo

Saint-Malo. Photo de Pline – Wikipedia

La rue Buhen, surnommée la « rue des juifs » proche de la tour Qui qu’en grogne, débouche sur l’actuelle place Chateaubriand. Dès le 16e siècle, on trouve la trace d’une présence juive. Principalement des familles d’artisans et de commerçants. Le grand écrivain Chateaubriand indique dans Mémoires d’Outre-tombe être né dans « cette rue sombre et étroite de Saint-Malo appelée la rue des juifs ».

L’histoire des juifs malouins connut un épisode étonnant. En 1731, un arrêt du Conseil d’Etat limita les activités commerciales des juifs en leur interdisant de « trafiquer, vendre ou débiter leurs marchandises dans aucunes villes du royaume autres que celles où ils étaient domiciliés ». Cet arrêt ne concernait pas les forains.

Israel Dalpuget et Moïse Petit, forains de Saint-Malo, se virent interdits de la foire de Nantes en 1741. Ils obtinrent le soutien du maire de Saint-Malo et des échevins, ainsi que celui de la Comtesse de Conti. Le conflit dura une vingtaine d’années.

Lors du recensement de 1808, seule la présence de 11 juifs est comptée dans le département.