France / Normandie

Rouen

Palais de justice – Monument juif

36 Rue aux Juifs, 76000 Rouen, France

Palais de justice de Rouen © Wikimedia Commons (Giogo)

Dans ce qu’on appelait alors « le Clos aux juifs» s’épanouissait, au Moyen Âge, une vie intellectuelle intense autour de l’école talmudique et de la synagogue. Le clos en question ne fut jamais, comme son nom ne l’indique pas, un lieu fermé. Des juifs vivaient ailleurs dans la ville et des chrétiens habitaient cette enceinte. Tout disparut en 1306, avec l’expulsion de cette communauté. Par la suite, rares étaient ceux qui parvenaient à reconnaître Rouen dans la « Rodom » brillante et animée que l’on décrivait dans les textes anciens.

En 1976, des travaux effectués pour le repavage de la cour du palais de justice mirent au jour un site archéologique stupéfiant : les murs d’une bâtisse juive du XIe siècle se révélant le plus ancien monument juif d’Europe occidentale ! Ce bâtiment roman date de 1100 environ. Il s’agit de la salle basse d’une ancienne école rabbinique (Yeshiva), dirigée par Rashbam, qui a été arasé pour la construction de l’Echiquier de Normandie (Palais de Justice actuel) et dont on ignore la hauteur d’origine. Malhabilement tracée sur la pierre, on retrouve par trois fois une phrase extraite des paroles divines adressées au roi Salomon (Rois, IX, 8) :

« Et cette maison a été sublime. » Mots gravés sans doute à la hâte par un habitant au moment de l’expulsion. Au bas de deux colonnettes, un dragon et, en regard, un fauve de pierre, étrangement placé à l’envers, deux corps pour une tête (sculpture romane typique), seraient une évocation du Psaume 91: « Tu fouleras le lionceau et le serpent.» Par un escalier en colimaçon, creusé dans la pierre, on accède à une salle basse munie de fenêtres étroites destinée, peut-être, à stocker livres et manuscrits.