Norvège

Trondheim

Synagogue et Musée juif de Trondheim

Arkitekt Christies gate 1B, 7012 Trondheim, Norvège

Mémorial de la Shoah au cimetière de Trondheim

Thomas Von Westens Gate, Trondheim, Norvège

  La synagogue de cette ville possède une double particularité : il s’agit de la synagogue la plus septentrionale d’Europe et la seule à avoir servi de gare, avant que le bâtiment ne devienne une synagogue en 1925 !

Synagogue et musée juif de Trondheim. Photo de HuBar – Wikipedia

Les premiers juifs s’installèrent à Trondheim dans les années 1880. Ils s’intégrèrent très rapidement et participèrent à la vie sociale, économique et culturelle de la ville.

La communauté ne s’est jamais relevée de la déportation massive de ses membres, en mars 1942. Les juifs de la ville, arrêtés par la police norvégienne, furent internés au camp de Falstad (près de Trondheim).

Aujourd’hui, la synagogue accueille également le Musée juif de Trondheim. Ce dernier propose deux expositions permanentes.

La première est consacrée à la vie juive dans la ville de Trondheim et ses environs.

Mémorial de la Shoah au cimetière de Lamedoen à Trondheim. Photo de Leif Knutsen – Wikipedia

La seconde aborde l’aspect historique de la présence des juifs dans la ville, et se consacre en grande partie à la Shoah et aux conséquences tragiques sur la présence des juifs dans la ville.

Par le dialogue, la collecte de fonds, l’enregistrement, la préservation et la diffusion, le Musée juif de Trondheim contribue à la gestion d’une partie du patrimoine culturel juif norvégien. Le musée met en lumière des thèmes tels que l’immigration, la diversité, l’identité, l’intégration, l’antisémitisme avant et maintenant et le génocide ainsi que la relation entre la culture minoritaire et la majorité sociale. De nombreux programmes éducatifs sont proposés par le musée qui travaille en partenariat avec les institutions de la région. Un  Mémorial de la Shoah a été érigé au cimetière de la ville.

Rencontre avec Tine Komissar, Directrice du Musée Juif de Trondheim

Jguideeurope : Pouvez-vous nous présenter certains objets du musée ?

Tine Komissar : Voici 4 objets en particulier que je souhaite vous présenter.

Tenue de prisonnier. Photo du Musée Juif de Trondheim

Haut d’une tenue de prisonnier. La tenue appartenait à Julius Paltiel de Trondheim (1924-2008). La plupart des uniformes de prisonniers des camps de concentration nazis pendant la Seconde Guerre mondiale ont été confectionnés dans les casernes de couture de certains des plus grands camps de concentration, notamment Dachau, Sachsenhausen et Ravensbruck. Malgré le fait que les uniformes étaient de tailles différentes, qui n’étaient pas marquées sur les costumes, ils n’étaient pas distribués en fonction de la taille des prisonniers. Les détenus ont donc dû adapter leurs propres uniformes de prison.

Les marques sur les tenues consistaient en un patch de forme rectangulaire, généralement en coton, avec des numéros de prisonnier en plus d’un patch de forme triangulaire et des lettres. Le triangle faisait référence aux différents types de prisonniers et était codé par couleur; triangle jaune pour les prisonniers juifs, rouge pour les prisonniers politiques, vert pour les prisonniers criminels, noir pour les prisonniers « antisociaux » ou Roms, rose pour les prisonniers gays et violet pour les prisonniers appartenant aux Témoins de Jéhovah. Les lettres du triangle faisaient référence à la nationalité.

Robe de mariée. Photo du Musée Juif de Trondheim

Ce costume de prison appartenait à Julius Paltiel. En octobre 1942, il est expulsé par les nazis de son domicile de Trondheim. Il a été détenu au camp de prisonniers de Falstad, avant d’être envoyé à la prison de Bredtveit à Oslo. En février 1943, il est envoyé avec le navire D / S Gotenland au camp de concentration d’Auschwitz. À son arrivée, Julius a été emmené aux travaux forcés. Il a miraculeusement survécu à son emprisonnement à Auschwitz et à la marche de la mort du camp de concentration de Buchenwald. Dans les semaines qui ont précédé la libération en 1945, Julius s’est caché des nazis, qui sélectionnaient systématiquement les prisonniers juifs du camp. Tous ceux qui étaient rassemblés ont été abattus. Les soldats SS ont suivi les ordres de Berlin selon lesquels tout le monde devait être exterminé.

Afin de ne pas être découvert, Julius a arraché la marque jaune sur sa tenue de prisonnier. Il a ensuite pris une marque non juive d’un prisonnier mort et l’a cousue sur sa propre tenue pour qu’il soit plus difficile de détecter qu’il était juif. C’est pourquoi l’uniforme a un triangle rouge, comme le montre l’image. Buchenwald a été libéré par les forces américaines le 11 avril 1945.

Lorsque Julius est revenu à Trondheim après la guerre, sa famille et de nombreux amis étaient morts ou enfuis. Il a repris l’entreprise familiale, passant le reste de sa vie à raconter son histoire, y compris à des milliers de jeunes à travers le pays.

Robe de mariée. La robe de mariée a appartenu à Malke Rachel Mahler (née Leimann). Elle est née le 2 avril 1896 à Śniadowo, en Pologne, de parents Samuel et Lea Leimann. Elle est arrivée en Norvège et à Trondheim en 1916.

Chariot. Photo du Musée Juif de Trondheim

Simon Mahler était déjà dans le pays depuis trois ans. Il est né le 31 décembre 1886 à Saldus, en Lettonie. Il gagnait sa vie en tant que commerçant de transport et avait beaucoup voyagé en Suède et en Norvège lorsque les deux se sont rencontrés.

Malke et Simon se marient en 1916/1917. Ils s’installent à Tempe, ayant cinq enfants: Sara Bella (1918), Abraham Bernhard (1920), Salomon Hirsch (1922), Selik Elieser (1923) et Mina Scholamis (1927).

Malke, Simon et les enfants Abraham, Selik et Mina Mahler ont été déportés et tués à Auschwitz pendant la Seconde Guerre mondiale. Seuls Salomon et Sarah ont survécu. Salomon a réussi à s’échapper en Suède. Sara était mariée à un homme non juif et n’a pas été déportée mais emprisonnée dans plusieurs camps de concentration en Norvège pendant la guerre.

Livre de cuisine. Photo du Musée Juif de Trondheim

Chariot. Le chariot date probablement d’environ 1900. Hennoch Klein est arrivé en Norvège depuis la Lituanie au milieu des années 1890. Il s’installe à Trondheim en 1901, après plusieurs années en tant que négociant en transport. Ici, il a lancé l’entreprise H. Klein en 1902, qui a fonctionné à Trondheim jusqu’en 1978. Une continuation du magasin, Kleins, est toujours dirigée aujourd’hui par l’arrière-petit-fils de Henoch, Robert.

Le fils de Henoch Klein, Josef, a déclaré que chaque jour, il tirait la charrette avec lui de son domicile de la rue Øvre Møllenberg à l’entreprise familiale, H. Klein, qui, dans les années 1910, était située près du pont Bakke à Trondheim. L’origine de la voiture est incertaine, peut-être qu’elle a été prise par la famille Klein lorsqu’elle a déménagé à Trondheim depuis la Lituanie dans les années 1890.

Kochbuch für israelitische Frauen, livre écrit par Rebekka Wolf (née Heinemann). Beau petit livre de cuisine avec des informations supplémentaires sur les bénédictions du shabbat et des grandes vacances et des conseils sur la tenue d’un foyer juif et optionnellement sur la préparation de la viande casher. Un chapitre spécial est consacré à la nourriture de Pessa’h.

 

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les programmes éducatifs créés par le musée?

Les programmes éducatifs sont destinés aux étudiants norvégiens âgés de 12 à 25 ans. Le Musée juif de Trondheim propose une variété de programmes d’enseignement pour l’école primaire, le lycée et le collège / université.

  1. « Traditions, rites et culture juifs norvégiens » : programme éducatif qui encourage l’apprentissage actif par le biais d’activités avec, par exemple, des objets rituels. Les élèves font des recherches sur la synagogue et étudient les similitudes et les différences entre une synagogue et d’autres lieux de culte. Grâce à cette ressource d’apprentissage, les élèves découvriront les symboles juifs, les jours saints et les traditions. Les élèves peuvent optionnellement apprendre davantage sur les aliments casher. Des films éducatifs, qui donnent une introduction sur la façon dont les fêtes et les cérémonies juives sont célébrées en Norvège, sont également projetés.
  2. « Accueil. Disparu. Les Juifs de Trondheim » : Ce programme donne aux élèves une introduction à l’histoire des Juifs de Trondheim et à ce qui s’est passé dans la ville pendant la Seconde Guerre mondiale. En explorant l’exposition et l’application, les élèves acquerront des connaissances sur l’histoire juive norvégienne. L’histoire est racontée à travers des individus et des histoires familiales. En procédant ainsi, l’histoire juive devient plus concrète et vivante. Les élèves acquerront également une expérience de première main du matériel de source historique qui donne un aperçu de l’histoire de la guerre norvégienne.
  3. « Rien n’est ce qu’il semble – théories du complot et critique de la source » : La pensée complotiste à travers l’histoire du monde a eu des conséquences catastrophiques, telles que le nettoyage ethnique et le génocide. Les réseaux sociaux ont rendu plus facile que jamais la diffusion des théories du complot. Afin d’évaluer quelles informations sont fiables, vous avez besoin de compétences en critique de la source. Ce programme éducatif utilise des films, des sites Web et des activités de groupe afin de montrer aux élèves ce qui caractérise les théories du complot et comment nous pouvons les identifier.
  4. « Empreintes juives à Trondheim – Visite guidée » : Voyage historique à travers le centre-ville de Trondheim. Pendant deux heures, le guide amènera les élèves autour des points centraux de la ville où vivaient et travaillaient des familles juives de Trondheim. Grâce à la visite guidée, les élèves apprendront à connaître l’histoire juive de la ville, de la migration des Juifs en Norvège vers 1880 jusqu’à nos jours. Le guide présentera des photographies et des lettres qui appartenaient aux personnes qui vivaient aux différentes adresses le long du parcours. La visite donne aux élèves l’occasion de réfléchir à des questions éthiques liées à la valeur et aux attitudes humaines, en plus des questions sur la manière d’être réfugié et immigré en Norvège dans la société d’aujourd’hui.

 

Sur quoi portera l’exposition « Retrouvailles 1945-47 »?

C’est une exposition et un site Web basés sur l’expérience sur le retour des Juifs de Trondheim après la Seconde Guerre mondiale. L’exposition est temporaire et durera un an. Elle marque le 75e anniversaire du musée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et la fin de l’Holocauste.

À la fin de la guerre en 1945, la population juive de Trondheim avait diminué de moitié. Les Juifs qui sont revenus – de fuite ou de captivité – se tenaient sur un sol nu. Ce qu’ils possédaient leur a été enlevé pendant les années de guerre. Cela a commencé avec les radios en 1940. En 1941, les nazis ont repris la synagogue de la porte d’Arkitekt Christies, et la même année les premières saisies de biens ont commencé. Une loi du 26 octobre 1942 a privé les Juifs norvégiens de tout ce qu’ils possédaient.

Synagogue. Photo du Musée Juif de Trondheim

Dans l’exposition « Retrouvailles », nous avons rassemblé une sélection d’ambiances et d’expériences, de souvenirs et d’histoires de la communauté juive de Trondheim dans les années 1945-1947. À travers des interviews, des films, du son, des photographies, des formulaires et des documents, des objets, des citations et des récits, divers aspects du retour au pays sont véhiculés. Nous espérons que le format d’un film / vidéo immersif rapproche les histoires personnelles du spectateur.

Qu’ils comprennent le soulagement de rentrer à la maison et le désespoir de tous ceux qui étaient partis. Le sentiment d’impuissance face à une bureaucratie qui devrait théoriquement aider. Le désir de rétablir la société juive – et l’expérience de l’antisémitisme qui pourrait encore émerger quand on s’y attend le moins.