Autriche

Innsbruck

Synagogue d’Innsbruck. Photo de Simon Legner – Wikipedia

La présence juive à Innsbruck date au moins du 13e siècle, mais ils s’y installèrent principalement à partir du début du 17e siècle, lors du règne du Duc Ferdinand II (1618-1623). Ils participèrent en cette époque de tolérance à la vie citoyenne. Des maisons de prières rassemblaient les fidèles Néanmoins, suite à sa mort, ces droits et autorisation d’installation furent limités et la plupart expulsés au 18e siècle.

Ce n’est que suite à la constitution de 1867 que les juifs s’installèrent à nouveau dans la ville, principalement du courant libéral. Quelques centaines de juifs vivaient dans à Innsbruck avant la Première Guerre mondiale. Très patriotes, un bon nombre d’entre eux tombèrent au front.

Suite à l’Anschluss et à la nuit de Cristal du 10 novembre 1938, les magasins et maisons appartenant à des juifs furent confisqués et détruits et les dirigeants communautaires assassinés. Plus de 200 juifs de la région furent victimes de la Shoah.

Au lendemain de la guerre, une centaine de survivants recréèrent une communauté juive. Une salle de prière fut inaugurée à Zollerstrasse en 1961. En 1988, afin de commémorer les 50 ans du pogrom, une cérémonie se déroula en présence des autorités religieuses chrétiennes et juives, notamment l’évêque Reinhold Stecher et le grand rabbin Paul Haim Eisenberg.

Centre communautaire d’Innsbruck. Photo de Mx Granger – Wikipedia

Suite à cela fut décidé la construction d’une nouvelle synagogue sur l’emplacement de l’ancienne. La première pierre fut posée en 1991 et l’inauguration se déroula deux ans plus tard. En 1997, une  menorah a été placée sur la Lanhausplatz afin de commémorer les victimes de la Shoah.

Il n’y avait qu’une soixantaine de juifs au tournant du 21e siècle. Le centre communautaire juif, situé dans l’immeuble de la  synagogue, dispose également d’une bibliothèque et d’une salle accueillant des évènements. En 2019, la communauté publia un livre retraçant la vie juive d’Innsbruck, écrit par Niko Hofinger, Sonja Prieth et Esther Pirchner.

Le  cimetière juif est situé à l’intérieur du cimetière municipal occidental. Ils y sont enterrés depuis 1864.

Sources : Encyclopaedia Judaica, https://www.ikg-innsbruck.at/en/