Italie / Marches

Senigallia

L’histoire des juifs de Senigallia est semblable à celle des juifs d’Urbino ou de Pesaro. Au XVIIIe siècle, ils étaient 600 sur une population totale d’environ 5 500 habitants. Lorsque les troupes françaises se retirèrent, la populace mit à sac le ghetto, tuant treize juifs et contraignant les autres à fuir par la mer et à se réfugier provisoirement à Ancône. En 1801, le pape Pie VII les obligea à revenir à Senigallia et à reconstruire leur ghetto. En 1969, il ne restait qu’une trentaine de juifs à Senigallia.

La charmante  synagogue, de rite italien, via Commercianti, n’est plus en fonction. Elle fut construite lors de la création du ghetto en 1634, remplaçant l’ancienne synagogue, qui se trouvait via Arsilli, à l’extérieur du périmètre assigné. La salle de prière se trouve au premier étage. Elle a gardé le mobilier refait après le saccage du ghetto, l’aron décoré de feuilles d’or devant lequel se trouve une petite tévah entourée d’une belle balustrade semi-circulaire. Les bancs sont encore en place ainsi que des affiches présentant des noms de membres de la communauté lorsqu’elle fonctionnait encore au début du siècle.