Italie / Toscane

Florence

Tempio maggiore de Florence

Via Luigi Carlo Farini, 6, Florence, 50121 Metropolitan City of Florence, Italy

Tempio maggiore © Flickr (magro_kr)

L’ancien ghetto, créé en 1571, se situait au cœur de la vieille ville, près du marché, dans une zone totalement détruite à la fin du siècle dernier, qui se situait entre les actuelles via Brunelleschi, piazza della Repubblica et via Roma. Bernardo Buontalento, l’architecte du Grand Duc, fut chargé de la réalisation de ce quartier de réclusion. Les ruelles donnant sur le pâté de maisons furent murées à l’exception de deux portes, fermées le soir. Là, comme à Sienne, s’entassèrent, dans un labyrinthe de venelles et de cours, les juifs venus de tous les villages et petites villes de Toscane. Ils étaient aussi exclus des corporations, et la fripe était leur seule activité autorisée. Ils restèrent dans le ghetto pendant presque trois siècles, jusqu’en 1848. Deux synagogues, l’une de rite italien, l’autre espagnol, furent détruites en même temps que le vieux quartier juif à la fin du siècle dernier. En 1882, peu avant l’inauguration du Grand Temple, furent ouverts deux petits oratoires, le premier de rite italien, et le second ashkénaze, installé, comme le commémore une plaque, dans un immeuble au no 4 de la via delle Oche, qui était le siège de la confraternité Mattir Assurim. Ils fonctionnèrent jusqu’en 1962.

L’imposant bâtiment de style néo- mauresque du Tempio maggiore a été inauguré en 1882, après huit années de travaux. Dessinée par Marco Treves, aidé par les architectes Mariano Falcini et Vincenzo Micheli, cette synagogue, à la majestueuse façade de pierre blanche et rose, est dominée par une grande coupole verte à laquelle répondent deux petits minarets sur le devant. Les Tables de la Loi surmontent le fronton. L’intérieur est somptueux, avec de riches décorations dans le style mauresque, des arcades, de fines colonnes et, au fond, une abside semi-circulaire où trônent l’aron et la bimah, séparés du reste de la salle de prière par une grille finement ouvragée. Les mosaïques et les fresques d’or et d’azur sont l’œuvre de Giovanni Panti. Pendant la guerre, les nazis utilisèrent le temple comme garage militaire et tentèrent de le dynamiter pendant leur retraite, sans grands dommages. Soigneusement restaurée, la synagogue subit en 1966 la grande crue de l’Arno qui l’emplit de quelque 2 mètres d’eau. Une grande partie des 15000 volumes de la bibliothèque fut gravement endommagée.

La façade de la basilique santa Croce

La façade de la basilique Santa Croce est ornée d’une grande étoile de David qui intrigue volontiers le curieux. Dans leur Guida all’Italia ebraica, Annie Sacerdoti et Luca Fiorentino3 en racontent l’étrange origine: « En 1860, on décida d’enrichir de marbre polychrome la façade gothique du XIIIe siècle de l’église et le travail fut confié à l’architecte Nicolò Matas, juif originaire d’Ancône, qui intégra dans son projet cette grande étoile comme élément de décoration. Personne ne fit attention à l’origine juive de l’architecte, même s’il avait spécifié dans son contrat qu’il ne travaillerait pas le samedi. Au moment de sa mort, il mit encore plus dans l’embarras la communauté juive et les franciscains de Santa Croce, exigeant dans son testament d’être enseveli dans la basilique. Un compromis fut finalement trouvé: il est enterré juste à l’extérieur sous la rampe des escaliers face à l’entrée principale.»

Le Musée juif, ouvert en 1981, se trouve au premier étage de la synagogue, dans une vaste salle divisée en deux parties: l’une rassemble des photos et des témoignages iconographiques sur la vie des juifs florentins, l’autre, de très beaux objets rituels, notamment de l’argenterie et des broderies. Vous admirerez un très bel et très ancien rimmon, datant de la fin du XVIe siècle. À la sortie du musée, une grande plaque commémore les 248 juifs de la ville déportés et morts dans les camps ou exécutés par représailles.

Rencontre avec Emanuele Viterbo, Responsable de la Communauté juive de Florence

Photo du Musée Juif de Florence

Jguideeurope : Comment le Musée juif de Florence a-t-il été créé?

Emanuele Viterbo : La conception du Musée juif de Florence, fortement soutenu par le rabbin Fernando Belgrado, a été lancée en 1981 à la suite du don de Marta del Mar Bigiavi. La première exposition occupait le premier étage dans une salle derrière la galerie des femmes et comprenait la section historique et les meubles et accessoires de maison du culte de la synagogue. Le projet a été conçu par l’architecte Alberto Boralevi, avec la conception de l’exposition par Dora Smooth. La deuxième partie du musée, ouverte en 2007, est située au dernier étage, et a été conçue par l’architecte Renzo Funaro en collaboration avec l’architecte Michael Tarroni et a été créée par Dora Smooth et pour la section industrie textile par Laura Zaccagnini. Cette fois, le musée a été divisé en deux sections: le premier étage était le mobilier cérémoniel utilisé dans la synagogue, dans ce dernier ont été déplacés vers des objets pour le culte domestique. Une salle, organisée par Renzo Funaro et Liana Funaro, était consacrée à l’Holocauste.

Le choix des salles et de l’aménagement du musée a été fait sur la base de considérations muséologiques et de conservation. Tout d’abord, il a été décidé de l’installer dans le Temple qui, en raison de son importance artistique et historique pour sa monumentalité, représente non seulement l’idéal, mais il est devenu une partie intégrante du cours de l’histoire juive à Florence. Les caves, bien que belles et impressionnantes, mais qui n’avaient pas de politique de sécurité en raison du danger d’inondations (dont la dernière, en 1966, s’élevait à deux mètres de hauteur au-dessus du dénivelé créé par les marches extérieures), ont été mis au rebut. C’est un musée relativement petit, mais très impressionnant.

Photo du Musée Juif de Florence

Les collections du Musée juif de Florence sont réparties sur deux étages à l’intérieur de la synagogue.

La première section documente l’histoire des Juifs de Florence au cours des siècles et leur relation avec la ville. Dans les vitrines se trouvent des meubles, du textile et de l’argent, utilisés pour les cérémonies de la synagogue entre la fin des XVIe et XIXe siècles. Au deuxième étage, dans une salle avec une belle vue sur l’intérieur du temple, il y a des objets et du mobilier de dévotion domestique et privée, illustrant les moments forts des festivités et de la vie religieuse d’un juif comme la naissance, le mariage et les cérémonies religieuses. Beaucoup de ces objets sont des cadeaux de familles juives qui voulaient témoigner ainsi de leur attachement à la Communauté. Personnages importants de la communauté dans le chevalier David Levi, qui a laissé sa fortune pour construire la construction de la synagogue, et celle du rabbin Shmuel Zvi Margulies, d’origine polonaise, qui a renouvelé le Collège rabbinique italien et l’a amené à Florence.

Photo du Musée Juif de Florence

La visite se poursuit avec un film qui présente l’histoire de la communauté au cours des deux derniers siècles, et une salle du souvenir, où des photos et des archives de la vie des juifs à Florence, l’égalité retrouvée après l’âge des ghettos, la persécution, suivre les lois raciales, et la déportation vers les camps de la mort, la renaissance et la reconstruction après la guerre, sont affichées. Une salle informatique reliée aux principaux musées juifs du monde et replaçant la vie juive florentine dans un contexte très large.

Le musée se compose d’une première section, qui documente l’histoire du juif florentin de naissance, en 1437, au moment de la fondation du Ghetto, son extension en 1571, et de nouveau de 1704 à 1721, jusqu’à la démolition du dernier décennie du XIXe siècle. Ceci est illustré par des photographies de plantes, des images du ghetto détruit et d’anciennes synagogues. Des images plus récentes illustrent l’histoire de la conception et de la construction du temple. Il y a aussi un clin d’œil aux autres sites de la Florence juive.

La plupart des meubles proviennent de deux synagogues du Ghetto, que les Italiens ont ouvertes après la création du quartier destiné à être assigné à résidence par les Juifs en 1571, et les Espagnols et Levantins, ouverts quelques années plus tard, auxquels ont été ajoutés les objets qui appartenaient aux synagogues d’Arezzo et de Lippiano – communautés aujourd’hui éteintes – et près de la synagogue, pour laquelle elles ont été spécialement conçues. Un espace considérable est consacré aux ornements du Sefer Torah, les rouleaux de parchemin sur lesquels la Bible hébraïque est écrite.

Photo du Musée Juif de Florence

La deuxième partie du musée, ouverte au dernier étage en 2007, est une collection d’objets et de dessins qui résument les origines de la communauté juive de Florence.

Si le chevalier David Levi est le symbole de l’excellence du judaïsme italien (illustré dans «l’italien», un beau portrait d’Antonio Ciseri en 1854), le noyau des juifs les plus influents était d’origine séfarade, originaire d’Espagne, par la suite, des pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Ici, vous pouvez voir des objets significatifs qui illustrent les moments les plus importants de la vie et des fêtes religieuses, avec des meubles personnels ou ménagers organisés par type et selon différentes occasions. La famille a un rôle très important dans la religion juive.

La plupart des six cents commandements (mitsvot), que tout juif est obligé de suivre, sont mis en pratique dans la vie quotidienne. De nombreuses expositions du musée retracent l’histoire d’une importante famille florentine, la famille Ambron-Errera, dont l’histoire peut être vue ici.

Photo du Musée Juif de Florence

Tempio Maggiore est considérée comme l’une des plus belles synagogues d’Europe. Comment son style a-t-il été imaginé?

La synagogue de Florence a été inaugurée en 1882, pas plus longtemps après l’émancipation des juifs italiens qui a été proclamée en 1861 lors de la création du royaume d’Italie. La synagogue de Florence est l’un des plus beaux exemples d’Europe d’un mélange du style mauresque exotique avec des éléments arabes et byzantins qui caractérisent la façade en travertin blanc et calcaire rose, le revêtement en cuivre sur les dômes central et latéral (à l’origine, ils étaient dorés), et les portes en noyer massif. Le style se reflète également dans les décorations et les meubles intérieurs. La communauté débattait sur une nouvelle synagogue depuis 1847, mais le manque de fonds empêchait de prendre des mesures concrètes. Puis, en 1868, le cavalier David Levi lègue l’argent pour la construction d’un «Temple monumental digne de Florence». Deux ans plus tard, en 1870, trois architectes, Mariano Falcini, Marco Treves et Vincenco Micheli, ont été nommés pour concevoir le temple.

L’emplacement a finalement été choisi après de longues discussions entre les factions qui le voulaient dans le centre-ville et le groupe qui préférait un site à l’extérieur. Ce dernier a prévalu et le choix s’est porté sur le quartier «Mattonaia» qui, bien que toujours à l’intérieur des murs de la ville, n’était pas complètement développé, en effet il y avait encore de nombreux parcs et jardins. Le nouveau temple a été ouvert le 24 octobre 1882.

Photo du Musée Juif de Florence

Deux approches apparemment opposées, mais en fait liées, ont influencé la conception. D’une part, il y avait l’influence des églises chrétiennes et des anciennes synagogues espagnoles, et d’autre part le désir d’exprimer l’identité juive à travers un style architectural distinctif. Le résultat final, «l’enfant» de l’éclectisme du XIXe siècle, était quelque chose de nouveau qui combinait des éléments maures, byzantins et romans.

Comment la Résistance a-t-elle sauvé le Tempio Maggiore de la destruction pendant la guerre?

En 1938, le régime fasciste a promulgué des lois raciales qui privaient les Juifs de travail et de scolarité, entre autres restrictions et les appelait une race inférieure. En septembre 1943, les nazis ont effectivement pris le contrôle d’une grande partie du pays. Certains juifs se sont sauvés en fuyant à l’étranger tandis que d’autres se sont cachés et ont été abrités par la population locale. Au total, 9 000 Juifs italiens ont été déportés ou tués, dont plus de 500 originaires de Florence. Après la guerre, l’école juive a été rouverte et la synagogue a été rénovée.