Portugal

Tomar

Synagogue et musée juif de Tomar

R. Dr. Joaquim Jacinto 73, Tomar, Portugal

Synagogue de Tomar © Jaime Silva – Flickr

On pense qu’il existait une communauté juive à Tomar dès le XIVe siècle. En effet, des archéologues ont retrouvés une inscription sur une tombe mentionnant le rabbin Jossef de Tomar, mort à Faro en 1315. De plus, un document officiel datant de 1476 fait état d’une communauté juive dans la ville. Il semble que la communauté juive atteint son apogée au XVe siècle, entre 1430 et 1460. La synagogue se trouvait au milieu du quartier juif, dans ce qui fut plus tard appelé « Rua Nova que fui Judaria » (la rue nouvelle qui fut la judaria). Aujourd’hui, cela correspond aux rues Direita dos Açougues et dos Muinhos.

On pense aujourd’hui que la synagogue de Tomar est la plus ancienne (et la mieux préservée) des synagogues portugaises. Construite en 1438, elle fut un lieu de culte jusqu’en 1496. Le bâtiment servi ensuite de prison, puis d’église.

En 1920, un groupe d’archéologues portugais visite le bâtiment et y reconnaît une synagogue. Elle est classée monument national en 1921. En 1923, l’ingénieur Samuel Schwartz, qui travaille dans les mines de la région, apprend l’existence de ce bâtiment et l’achète à son compte personnel. Il entame une première série de travaux. En 1939, il décide d’en faire don à l’État portugais à la condition que l’on y installe un musée luso-hébraïque.

Synagogue de Tomar © Wikimedia Commons (Fulviusbsas)

Elle repose sur quatre colonnes centrales, d’une grande finesse, qui rappellent celles de l’église portugaise d’Ourem réalisée par des ouvriers hispano-mauresques. Les mêmes artisans pourraient d’ailleurs en être les auteurs. Récemment, des fouilles ont mis au jour certaines parties du mikveh. On a également retrouvé quelques pièces de monnaie de l’époque du roi Alphonse V (1446-1481), ainsi que de la vaisselle d’usage.

Sans surprise, la façade et la porte d’entrée sont très modestes. Vous aurez même à descendre quelques marches, destinées à abaisser la hauteur de la façade sur la rue. Autre curiosité de la synagogue: vous apercevrez, pris dans les murs aux quatre coins, le col d’amphores insérées là au cours de la construction de l’édifice. On prétend que, en démultipliant le son, elles amélioraient l’acoustique de la synagogue. Cette dernière n’est pas ouverte au culte.

Dans l’enceinte de la synagogue, se trouve le musée Abraham Zacuto, nommé en l’honneur du mathématicien et auteur de l’almanach perpétuel (1450-1522). L’exposition permanente inclut des trouvailles archéologiques qui attestent de la présence juive au Portugal au Moyen-Âge. On y trouve en effet une inscription de 1307 venant de l’ancienne synagogue de Lisbonne. Une autre, datant du XIIIe siècle, et trouvée à Belmonte est tout aussi intéressante : en effet, le nom divin est représenté par trois points, à la manière des manuscrits de la Mer morte. Vous y trouverez également des objets de culte modernes, offerts par des individus ou des institutions juives au Musée.