Angleterre / Londres

Le Centre (City, East End et West End)

Bevis Marks Synagogue

4 Heneage Ln, London EC3A 5DQ, United Kingdom

Princelet Street Synagogue

19 Princelet St, London E1 6QH, United Kingdom

Sandys Row Synagogue

4A Sandy's Row, London E1 7HW, United Kingdom

New West End Synagogue

St Petersburgh Mews, London W2 4LB, United Kingdom

Central United Synagogue

36 Hallam St, London W1W 6NW, United Kingdom

Westminster Synagogue

Kent House, Rutland Gardens, London SW7 1BX, United Kingdom

Imperial War Museum

Lambeth Rd, London SE1 6HZ

Il n’y a guère, dans la City, que des souvenirs de la présence juive du Moyen Âge mais on s’y promènera avec plaisir. Autour de la Banque d’Angleterre, on pourra parcourir trois rues – Poultry, Cheapside et Old Jewry –, qui hébergeaient une communauté avant l’expulsion de 1290. Près de la station de métro Aldgate se trouve aussi Jewry Street, où se réfugièrent les juifs lors des émeutes qui eurent lieu à l’occasion du couronnement du Roi Richard I er en 1189. Ainsi que Creechurch Lane dans laquelle l’immeuble de la Cunard marque l’endroit où se trouvait la toute première synagogue construite à Londres après la décision de Cromwell d’accueillir à nouveau les juifs sur le sol anglais.

Toujours à proximité du métro Aldgate, sur la gauche en remontant par Duke’s Place, se trouve la synagogue de Bevis Marks, construite après la réintégration, en 1701, par des juifs portugais et espagnols. Située à l’intérieur des murs de la ville, son emplacement avait été choisi afin que la synagogue ne soit pas visible de la rue, car la communauté souhaitait rester discrète. C’est une des plus belles et des plus anciennes du pays encore en service, extrêmement bien conservée. De plus, elle est liée à l’histoire du peuple juif anglais par le passage en ses murs de sir Moses Montefiore, de Benjamin Disraeli, et de par ses liens avec la famille Rothschild. Elle abrite une des plus belles collections de bancs en bois de l’époque de Cromwell et de la reine Anne. L’intérieur de la synagogue révèle l’influence prédominante de la synagogue mère d’Amsterdam, l’un des chandeliers en est d’ailleurs un don.

Le quartier de l’East End est un lieu d’immigration traditionnel. Situé près des docks de Londres, il a d’abord accueilli des huguenots et des Irlandais, des juifs ensuite et ce sont désormais des Indiens, des Pakistanais et des Bengalis qui constituent sa population principale. Cette évolution est illustrée de manière assez amusante par la métamorphose d’un sombre bâtiment situé au coin de Fournier Street et de Brick Lane, qui a d’abord servi d’église aux huguenots, puis de synagogue aux juifs, et enfin de mosquée. Avant la Seconde Guerre mondiale, près de 100000 juifs y habitaient, ils ne sont plus aujourd’hui que 6000. Pour se plonger dans la vie de ce quartier, on lira avec bonheur les récits de Israel Zangwill (1864-1926), le « Dickens» juif, qui restituent à mer- veille la vie quotidienne des juifs de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

La synagogue de Princelet Street est un véritable joyau. Elle fut construite en 1870, ayant pour base une maison huguenote de 1709. Nous en recommandons vivement la visite mais il est impératif de téléphoner au préalable car elle n’est pas toujours ouverte. Il en va de même pour la synagogue de Sandys Row, synagogue hollandaise, installée dans une chapelle huguenote datant de 1766.

 

À l’ouest de la City, le visiteur trouvera aussi matière à satisfaire sa curiosité. L’histoire du sionisme britannique rappelle que Chaim Weitzman et d’autres sionistes se réunissaient au 17 Piccadilly et que c’est là que lord Rothschild reçut la fameuse lettre de lord Balfour, le 2 novembre 1917. Dans le jardin de Hyde Park se trouve, depuis 1983, un petit jardin du souvenir de la Shoah.

La synagogue de New West End est l’une des plus belles de Londres. Sa première pierre a été posée, le 7 juin 1877, par Léopold de Rothschild et l’ouverture eut lieu le 30 mars 1879. Elle ressemble à celle de Princes Road à Liverpool, construite à la même époque et par le même architecte: George Audsley. On peut admirer ses magnifiques vitraux, vingt sifrei Torah, des broderies et des objets d’argent datant du début du XVIIIe siècle.

La synagogue de Great Portland Street, aussi appelée Central Synagogue, fut construite à l’endroit où se trouvait la toute première synagogue ashkénaze de Londres consacrée en 1870. Elle fut détruite le 10 mai 1941 par une bombe allemande et rebâtie en 1958. C’est aujourd’hui une structure moderne présentant vingt-six vitraux illustrant les fêtes juives.

La très belle Westminster Synagogue, située tout près du grand magasin Harrods, détient une collection unique au monde de 1000 rouleaux de Torah, confisqués par les nazis en Bohème et en Moravie, et transportés à Londres en 1964. Ils sont visibles sur demande.

De l’autre côté de la Tamise se trouve le musée de la Shoah situé dans la nouvelle aile de l’Imperial War Museum. Il détient des objets inédits tels une charrette du ghetto de Varsovie qui servait à transporter les cadavres et un wagon de déportation, don des Chemins de fer belges. Une exposition consacrée à la contribution des juifs à l’armée de Sa Très Gracieuse Majesté depuis la guerre de Crimée à nos jours mérite d’être citée pour l’originalité du sujet.